Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arrestation des jeunes manifestants: Nouvelle tentative pour museler les leaders politiques?

par LEXPRESSIONCENTRAFRIQUE 30 Janvier 2016, 12:56 Politique

Arrestation des jeunes manifestants: Nouvelle tentative pour museler les leaders politiques?

Certains jeunes de l'Alliance des Forces Démocratiques pour la Transitions (AFDT) ont été arrêtés le vendredi, 29 janvier 2016 suite à la manifestation pacifique qu'ils ont organisée pour réclamer l'annulation de la présidentielle du 30 décembre dernier.

Il s'agit Dominique Yandocka, Léon junior Zouma, Aristide ZIGUELE et Romaric Tononi.

A l'origine, la mascarade électorale qui vient d'être organisée par les autorités de la transition. Nul ne doute que les mauvaises gestions des élections en Afrique engendrent toujours des conflits post-électoraux et l'histoire de la RCA n'en fait pas exception.

Même les aveugles et les sourds savent que la RCA vient d'organiser une élection libre au rythme de la transition. Les nombreuses irrégularités ont jeté le discrédit sur le processus électoral, avec les dénonciations véhémentes de certains leaders politiques, pas les moindres. La cour constitutionnelle sensée être impartiale dans sa décision n'a pas marqué son histoire et a donné raison à une décision politique dépourvue d'indépendance judiciaire et de l'intérêt suprême de la nation.

Face à cette situation, la jeunesse des différents partis contestataires s'était mobilisée pour demander pacifiquement l'annulation de la présidentielle, mais le constat fait laisse à désirer. C'est alors que certains jeunes manifestants à savoir, Dominique Yandocka, Léon junior Zouma, Aristide ZIGUELE et Romaric Tononi ont été arrêtés par les forces de l'ordre certainement sur ordre des autorités nationales de transition.

Cette arrestation intervient au moment où la situation politique devient de plus en plus délétère faute de l'irresponsabilité dont font montre les autorités de la transition dans l'organisation de ces élections sensées ramener la paix après plusieurs années des troubles militaro-politiques. Et au lieu de chercher à corriger ces erreurs, c'est à cet exercice pitoyable, et pour le moins peu césairien, que se sont livré les autorités de la transition.

Le stratagème consiste à n'en pas douter à limiter le droit d'expression ou encore à rendre plus difficile l'exercice du droit fondamental du peuple. Ce qui n'honore guère la Centrafrique qui s'efforce vainement à être un Etat démocratique.

À l'évidence, l'objectif des autorités de la transition qui confondent autoritarisme administratif et autorité politique, un peu l'histoire des cacahuètes et des pistaches consiste à chercher à museler l'opposition. Mais c'est peine perdue.

Au demeurant, les autorités incompétentes de la transition n'ont pas d'autre choix que battre en retraite et de libérer ces jeunes militants qui manifestent pour leur droit et pour le rayonnement de la démocratie à travers la vérité des urnes.

Freddy Massengué

commentaires

Haut de page