Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Centrafrique:Une manifestation d'envergure des jeunes militants de l'AFDT devant la MINUSCA à Bangui

par LEXPRESSIONCENTRAFRIQUE 29 Janvier 2016, 14:34 Politique

Centrafrique:Une manifestation d'envergure des jeunes militants de l'AFDT devant la MINUSCA à Bangui

Une manifestation est organisée ce matin du vendredi, 29 janvier 2016 par les jeunes militants des partis membres de l'AFDT devant le siège de la MINUSCA à Bangui.

Cette meute des jeunes militants de l'AFDT s'est déferlée très top ce matin sur l'avenue Barthelemy Boganda en direction de la représentation de la MINUSCA à Bangui.

Tenant des banderoles sur lesquelles, on pouvait lire:" la jeunesse de l’AFDT demande l’annulation des élections présidentielles du 30 décembre 2015", "la jeunesse indépendante et consciente condamne le dictat des autorités de transition sur la Cour Constitutionnelle de Transition", ces manifestants évalués à plus d'un millier ont fait un sit-in devant la MINUSCA.

Cette initiative a pour but de contester le verdict de la CCT sur le premier tour du scrutin couplé du 30 décembre dernier.

Pour Dominique Yandocka, DNC adjoint du MLPC et l'un des coordinateurs de cette manifestation pour , a indiqué que: "l’annulation de la présidentielle était logique parce que les législatives ont été annulées. Cette marche selon lui, vise à combattre la décision de la cour« nous organisons cette marche pour protester contre la décision de la cour constitutionnelle de transition" , poursuivant le leader des jeunes s'est interrogé pour savoir: "Des élections qui ont été organisées dans les mêmes conditions et au même moment aboutissent à des résultats différents. Ce n’est pas possible, si la CTT annule les législatives pourquoi pas les présidentielles ?" Selon Dominique Yandocka, « il s’agit d’une décision politique qui vient des autorités de la transition ».

Pour rappel, la CCT a donné son verdict sur le premier du scrutin couplé du 30 décembre. Si elle a validé les résultats de la présidentielle qui prévoit un second round entre Anicet Georges Dologuélé arrivé en tête avec 23,7% des suffrages et le deuxième, Faustin Archange Toudéra qui en a récolté 19%, elle a par contre purement et simplement annulé les législatives, après avoir enregistré plus de 400 recours introduits à l’issue du premier tour.

Pour les jeunes militants, il s'agit à n'en point douter d'une supercherie. Pour preuve, l’AFDT comme la plupart des compatriotes centrafricains, constate avec regret que les nombreux cas de dysfonctionnement liés à I 'organisation de ces élections par I’ANE ainsi que les fraudes massives qui ont fait I 'objet de nombreuses requêtes de certains candidats aussi bien à l’élection présidentielle qu’aux législatives devant la CCT ont subi un traitement tout aussi discriminatoire qu’incompréhensible.

En effet, pour l'AFDT, la CCT faisant fi du principe de I 'indivisibilité des élections groupées a rejeté les mêmes éléments de preuves fournis à l 'appui des requêtes et confirmé d’une part les résultats provisoires de I’ANE pour la présidentielle et invalidé en bloc la totalité du premier tour des législatives d’autre part; Ceci montre que la CCT a préféré prendre une position politique au lieu de dire le droit.

Eu égard à cette forfaiture de la CCT, les militants de cette plate-forme sont montés au créneau pour exiger l'annulation de c'es élections.

Ces jeunes ont remis à cette occasion un mémorandum aux hauts responsables de cette représentation onusienne. Ces derniers, ayant pris bonne note de leurs revendications, ont demandé aux manifestants de rentrer en attendant la suite qui devrait venir de New York.

Mais les jeunes militants des partis contestataires visiblement très remontés, ont opposé leur refus catégorique et promettent de maintenir leur mouvement jusqu'au gain de cause.

Si l'on n'y prend pas garde, un autre trouble risquerait bien fort de se produire dans ce climat d'incertitude qui anime la vie politique en Centrafrique. Et qui est de nature à mettre en péril tous les efforts de paix consentis. La communauté internationale est interpellée.

De ce qui précède, la présidente Samba-Panza a intérêt à prendre une décision politique afin d'éviter cette énième crise politique.

Visiblement, il y a des étincelles dans l'air!

Freddy Massengué

commentaires

Haut de page