Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La DNC de Martin Ziguélé remet en cause la compétence

par LEXPRESSIONCENTRAFRIQUE 18 Janvier 2016, 15:24

La DNC de Martin Ziguélé remet en cause la compétence

« Nous voulons que le processus électoral soit limpide et juste », ainsi a déclaré Christian Touaboy, Directeur national de Campagne de Martin Ziguelé. Depuis la proclamation des résultats provisoires de ce double scrutin par l’ANE, les revendications se font enregistrer pour au sein des partis politiques pour remettre en cause la fiabilité de ces résultats. Ainsi, l’équipe de la Direction nationale de Campagne du candidat du MLPC Martin Ziguelé, accompagnée d’un Huissier et d’un Informaticien, a effectué le 14 janvier 2016, une descente à l’ANE pour s’informer et vérifier la chaîne du traitement informatique des résultats.

Le dérapage constaté dans l’organisation des élections du 30 décembre 2015 en République centrafricaine, par l’Autorité Nationale des Elections(ANE) n’est secret pour personne. Dans une conférence de presse, tenue le 15 janvier 2016 à la résidence de Martin Ziguelé, la Direction a noté que la publication des résultats provisoires par l’ANE a fini par convaincre les uns et les autres sur les conditions pour le moins douteuses et préoccupantes dans lesquelles ces élections ont été organisées et que les responsables de cette institution reconnaissent eux-mêmes. La DNC a souligné que devant les constats troublants faits d’une part par les représentants du candidat Martin Ziguelé dans les bureaux de vote et d’autre part par des Huissiers de justice, les faits ont été mis en évidence. L’éviction manu militari des représentants du candidat des bureaux de vote des circonscriptions sous l’emprise des groupes armés, le bourrage des urnes, le trafic d’influence, la substitution des procès-verbaux par d’autres falsifiés, et le refus délibéré de saisir les résultats du candidat à la présidentiel Martin Ziguelé sont entre autre les constats troublants que dénonce la DNC du candidat du MLPC.

Ce point de presse a été l’occasion pour l’équipe de campagne du candidat du MLPC de présenter à la presse les bulletins de vote vivement brulés, et pourtant en faveur de Martin Ziguelé. Ces bulletins de vote brulés sont, d’après les explications de la DNC, des Centre de vote de la région de l’Ouham-Pendé. La gravité de ces dérives, d’après Christian Touaboy, à l’évidence préméditées, sont telles qu’elles font planer un sérieux doute sur toute la chaine opérationnelle de l’ANE. Cela dit, selon les dires de Christian Touaboy, le doute plane depuis l’organisation des élections, la collecte des résultats, leur acheminement jusqu’au Centre de Traitement des Données (CTD), le traitement informatique des procès-verbaux et la publication des résultats provisoires.

«Le constat établi au cours de la descente et les explications données par les responsables de l’ANE a laissé la délégation sans voix. Les démonstrations demandées pour trois circonscriptions différentes font apparaitre à l’écran la mention « aucune saisie » devant le nom du candidat Martin Ziguelé », a expliqué Christian Touaboy, Directeur national de Campagne de Martin Ziguelé qui a ajouté : « le procès-verbal d’huissier établi à l’issue de cette descente a été versé à l’appui de la requette déposée à la Cour constitutionnelle de Transition vers laquelle désormais tous les regards sont tournés pour dire le droit et constater les graves dysfonctionnements et les fraudes mises en œuvre à grande échelle pour déterminer les résultats des élections».

Par ailleurs, le DNC de Martin Ziguelé a souligné que les candidats aussi aux législatives qu’à la présidentielle du MLPC ont été logiquement amenés à exiger le décompte manuel des voix, seule parade à la corruption du système informatique. Par ces décisions attendues, à en croire le DNC, la Cour constitutionnelle de transition enverra des signaux très claires à tous ceux pour qui la tricherie et le vol fondent la culture et l’action politique tout autant qu’un raccourci pour parvenir au pouvoir politique et la fonction de la représentation populaire. Toutefois, « nous sommes confiants du travail de la Cour Constitutionnelle à l’image de son président Zacharie Ndouba. Nous faisons confiance à la justice car nous sommes nous inscrivons dans un processus démocratique», a-t-il martelé.

commentaires

Haut de page