Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA SUCAF RATTRAPEE PAR LA JUSTICE CENTRAFRICAINE

par LEXPRESSIONCENTRAFRIQUE 3 Juillet 2016, 14:21 Nation

LA SUCAF RATTRAPEE PAR LA JUSTICE CENTRAFRICAINE

La société implantée en Centrafrique depuis 2003 grâce au sursaut patriotique du général Bozizé en situation de monopole sur l'importation du sucre et la MOCAF qui fait partie du groupe CASTEL de l'homme d'affaire PIERRE CASTEL.

Cette société a signé un accord d'établissement avec une exonération sur l'importation de 5 ans en attendant l'augmentation de la capacité de production de l'usine de NGAKOBO à 15000 tonnes durant cette période afin de répondre à la demande de la population. Ces derniers n'ont pas pu et l'État était obligé de procéder au renouvellement de cet accord toujours pour 5 ans afin de garantir l'emploi des travailleurs et au final on se rendra compte que cette société douée dans la mafia tirait un grand profit de bénéfice dans l'importation du sucre avec l'exonération et créé des prétextes pour ne pas augmenter la capacité de l'usine de NGAKOBO. Devant cette situation ils ont passés la gestion de la dite société au groupe SOOMDIA dirigé par un certain Mr VILGRAIN .

Après l'insurrection de la coalition SELEKA, cette société a mis expressément ses travailleurs en chômage technique comme moyen de pression pour un 2eme renouvellement de ce fameux accord qui ne profite pas à l'État centrafricain sous le gouvernement du Me Nicolas TIANGAYE. Malheureusement ce dernier qui a le soucis de son pays a refusé catégoriquement en disant que le sucre coûte extrêmement cher en République centrafricaine que dans les pays de la sous-région d'Afrique central. Le DG à l'époque, Me Thomas Renaud et son chef d'orchestre (demi DIEU) Martin AKEEM ont sapé le moral de quelques employés contre garanti de licenciement d'aller plaider le sort de la dite société auprès du chef de gouvernement. Mais ce dernier a été catégorique dans l'intérêt du pays.

Après des multiples déplacement du patron de groupe SOOMDIA, le président Djotodjia a ordonné au ministre d'État Crépin MBOLI GOUMBA de signer un 3eme renouvellement dudit accord à la société SUCAF afin de garantir l'emploi. Et voilà après ce renouvellement la société SUCAF qui n'a jamais présenté au gouvernement l'évaluation de ses pertes, introduit auprès de l'inspection régionale du travail une demande de licenciement de certains travailleurs pour motif économique . L'inspection avait initié une négociation tripartite en présence de l'employeur, le syndicat, les représentants du personnel. Un certain nombre de points ont été posés par les partie mais devant l'arrogance de l'ancien patron qui disait avoir la justice dans sa poche, a fait sa volonté en pensant piétiner la justice. Et le voilà rattraper par la justice (le conseil d'État) Dans sa sentence annuelle l'autorisation de licenciement des 36 ex travailleurs de la société et met les dépends à la charge de SUCAF.

Sachant que la décision du conseil d'État est irrévocable ces derniers ont introduit en appel et le dossier est clos. C'est ainsi qu'un délai de trois mois a été signifié à cette société de réhabilité les ex travailleurs . Il est temps de féliciter la justice centrafricaine qui met vraiment fin aux vieilles pratiques de la corruption .

commentaires

Haut de page